Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2009 3 12 /08 /août /2009 15:15

Klaus Kinski est devenu aujourd'hui un acteur-culte, dont les internautes traquent les crises de colère sur YouTube ou Dailymotion (il y en a une particulièrement gratinée, avec une intervieweuse allemande). Je l’avais découvert au lycée, grâce à « AGUIRRE, LA COL­ÈRE DE DIEU » un de mes films-phares, qui fut suivi la même semaine de « L’IMPORTANT C'EST D’AIMER ». Choc culturel inévitable.

Aussi, quand en 1979, les éditions PAC proposèrent au jeune journaliste de 22 ans que j'étais, d’écrire un bouquin sur Kinski, me ruai-je sur l’affaire. L’acteur habitait Paris à l’époque, et enchaînait les films d’auteur plus ou moins bizarroïdes. Il me donna un premier rendez-vous dans un hôtel, rue des Beaux-Arts, qui se trouve être le décor où il apparaît pour la première fois dans « L’IMPORTANT C'EST D’AIMER » ! Le télescopage fiction-réalité était déjà enclenché…

Kinski se montra très sympathique avec moi, surtout désireux en fait, que ce livre soit entièrement dédié à sa gloire. On se vit pas mal, pendant un an, il me fit découvrir la nourriture japonaise – encore rare, à l’époque, me promena dans son énorme Range Rover rouge, où il passait à tue-tête « I’m sailing » de Rod Stewart, jusqu'à plus-soif.

Kinski, c'était un concentré de comédien : égocentrique, jouant les artistes maudits, mais capable d’un humour ravageur, et de vrais élans de générosité. Il parlait très bien le Français, mais germanisait quelques expressions. Ainsi « Va te faire foutre » (qu'il employait fréquemment !) devenait dans sa bouche « Va faire te foutre », ce qui m’a toujours ravi.

Quand le livre fut prêt, il profita de mon absence de Paris pour quelques jours, pour aller voir l’éditeur, et s’attaquer au manuscrit. Il coupa, rajouta, censura, biffa,  changea la couverture, malgré tous les problèmes que cela posait par rapport aux libraires.

Le résultat ne me ravit évidemment pas, mais nous restâmes en bons termes, jusqu'à son départ pour les U.S.A., où il entama une énième carrière dans la série B. Quelques années plus tard, PAC lança une collection de poche, et j’en profitai à mon tour, pour réparer l'outrage, et réécrire complètement le livre, même si j’avais cessé d’être journaliste depuis longtemps. C'est une petite bio succincte, mais au moins, celle-là, je pouvais l’assumer.

Kinski restera une rencontre importante, car c'était la première vraie star que je côtoyai, et il me permit d’appréhender ce qu’était réellement un acteur, et vraiment, après lui, tout le monde m’a paru extrêmement simple et gérable. Je lui en suis très reconnaissant.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Philippe Setbon
  • Le blog de Philippe Setbon
  • : Le blog du scénariste-réalisateur Philippe Setbon, auteur de films, téléfilms et séries telles que "FABIO MONTALE", "LES ENQUÊTES D'ELOÏSE ROME", "GRECO", etc.
  • Contact

Recherche

Liens