Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 12:41

DETECTIVE diversCes jours-ci, impossible d’allumer radio ou télé, sans entendre parler de Johnny Hallyday. Apparemment, les nouvelles sont bonnes !

Il y a quelques jours, j’avais vu par curiosité « VENGEANCE » de Johnnie To, écrit pour Alain Delon, finalement joué par Johnny, et j'avais d'ailleurs été agréablement surpris.

Tout ça pour dire qu'il est un film qui figure dans maDETECTIVE divers (2) filmo, dans lequel apparaît Johnny, et… que je n’ai jamais vu. C'est « DÉTECTIVE », de Godard, un scénario que m’avait commandé Alain Sarde à mes débuts, d'après une idée originale à lui, et que j’avais dû écrire en un temps-record, pour des histoires de dates de tournage. Ça commence à faire loin (1985), mais je me souviens que Godard avait tout réécrit, et que même si mon nom figure sur l’affiche du film, il ne reste pas grand-chose de mon travail, hormis la situation de départ, et le principe du huis clos dans un hôtel.

DETECTIVE divers (1)À l’époque, j’avais pas mal vu Johnny. Nous devions faire un polar ensemble, qui ne s’est pas matérialisé. Je me souviens surtout (c'est drôle, ce qu'on garde en mémoire) d’un déjeuner sur le décor  près de Saint-Lazare, où il m’avait parlé d’un vieux western, « JOHNNY CONCHO » avec Frank Sinatra, qui l’avait marqué et qu'il rêvait de revoir.

J’étais allé le voir chanter au Zénith un soir, et nous avions dîné ensuite avec Nathalie Baye près de l’Étoile. J’avais eu un vague aperçu de son quotidien, avec ses fans qui l’avaient suivi en voiture depuis Bercy, et avaient ensuite campé devant le restaurant, pendant des heures. La façon qu’avait – et qu’a sûrement encore – Johnny de gérer ces moments bizarres, où tout peut aisément basculer, était assez bluffante. La force de l’habitude…

« DÉTECTIVE » est sorti en 2007 chez Canal Vidéo, dans un coffret Godard. Il faudrait quand même que j’y jette un coup d’œil, un de ces jours…

Repost 0
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 10:45

En 2001, Sophie Révil la productrice d’Escazal, a profité de notre début de collaboration sur « LES ENQUÊTES D’ÉLOÏSE ROME », pour me proposer de « relooker » une série qu'elle avait récemment lancée sur TF1, « LES DUETTISTES », avec Zabou Breitman et Bernard Yerlès. Un premier épisode conçu par Alain Robillard, avait déjà été tourné.


C'est donc avec plaisir, et comme un poisson dans l’eau, que j'ai hérité de deux scripts déjà écrits et que j'ai pu les adapter, en fignolant le conflit des protagonistes, en écrivant des dialogues drolatiques, le tout dans un contexte de polar noir plutôt réaliste. Un exercice pas si évident que cela, du pur équilibrisme scénaristique.

 

Les deux films, « LE MÔME » tourné par Denys Granier-Deferre et « JEUNES PROIES », par Marc Angelo, ont très bien marché, ont même reçu des prix, et tout le monde souhaitait poursuivre l’aventure, mais elle fut stoppée net pour des raisons que j'ai (heureusement) oubliées. C'est bon parfois, la mémoire sélective.

Il y a en tout cas dans ces deux épisodes de 90 minutes, quelque chose de spécial, un ton, une alchimie…

Repost 0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 17:37

Quelques mots sur mes premiers scénarios, tournés et sortis dans les années 80. Le premier d’entre eux « PEAU D’ANGE » est une sorte d’exercice de style, tourné en quelques jours, dans un lieu unique, un face à face pervers entre une femme riche et seule hantée par le passé, et son maître d’hôtel ambigu. Le réalisateur Jean-Louis Daniel et moi voulions faire une sorte d’hommage-clin d’œil au « SERVANT » de Joseph Losey. C'était, je crois, le premier rôle principal de Robin Renucci. Nous nous sommes retrouvés de nombreuses années plus tard, jurés au festival de la fiction à Saint-Tropez, pour nous rendre compte que nous habitions dans la même rue, des immeubles mitoyens.

 

C'est Xavier Gélin qui a produit « LUNE DE MIEL », un thriller psychologique situé à New York, mais tourné en grande partie au Canada. Nathalie Baye avait été emballée par le scénario, et en avait parlé avec chaleur dans une interview de « PREMI­ÈRE », en citant plusieurs fois mon nom totalement inconnu. La semaine de la parution du magazine, j'ai eu plusieurs propositions de boulot ! Je lui dois donc beaucoup. On ne s’est pas beaucoup vus sur notre autre film en commun, « DÉTECTIVE » de Godard, et nous devions faire un polar ensemble, qui ne s’est jamais concrétisé. Dommage…

À l’époque, j’avais repéré un jeune acteur américain dans la série « TIMIDE ET SANS COMPLEXE », que j’avais recommandé à Patrick Jamain. Mais celui-ci choisit John Shea, pour le rôle du psychopathe charmeur. Quelques années plus tard, je retravaillai avec Xavier sur mon film « MISTER FROST », et proposai le même comédien : Jeff Godlblum. Il venait de tourner « LA MOUCHE », ce qui me rendit la tâche plus aisée, évidemment…

 

« MORT UN DIMANCHE DE PLUIE » est un suspense assez atroce, très politiquement incorrect, et extrêmement violent, inspiré d’un roman de Joan Aiken. C'est Joël Santoni qui avait monté la production, et m’avait proposé d’écrire l’adaptation. Nicole Garcia et Jean-Pierre Bacri y formaient un couple harcelé par un autre couple inquiétant, Jean-Pierre Bisson et Dominique Lavanant. Le film n’avait pas marché lors de sa sortie, mais s’est acquis une sorte de « culte » avec les années.

Repost 0
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 08:54

À l’époque où je travaillais régulièrement pour les productions Hamster, j'ai participé à quatre épisodes de la série « QUAI N°1 », une série au concept suffisamment flou, pour permettre des digressions, des innovations, des sujets personnels. De ces films, je me souviens de l’épisode « LES COBRAS », dans lequel l’héroïne infiltrait une bande de « sauvageons » embarqués dans une sale affaire, mais surtout de « KAMIKAZE EXPRESS ».

À l’époque, on découvrait en France les films de John Woo venus de Hongkong. Faisant un amalgame osé avec les films de yakuza japonais, j’écrivis donc l’histoire d’un ex-flic de Tokyo, qui venait jusqu'à Paris pour se venger des parrains « yakuza » qui avaient tué sa famille. Il connaissait une love story avec Sophie Duez, avant de finir tragiquement.

L’épisode connut de bonnes critiques, même dans « TÉLÉRAMA » (ci-dessous), et reste un bel exemple de liberté totale, à l’intérieur d’un carcan de série.

Repost 0
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 17:44

La productrice Sophie Révil, qui venait de monter sa société de production (Escazal films, qui devait connaître par la suite de nombreux succès), et que j’avais connue lors de mon passage chez Hamster, me proposa de créer une série policière. Nous n’avions pas réellement d’idée de départ, hormis deux envies : créer une héroïne originale et déconcertante (notre référence à l’époque était Frances McDormand dans « FARGO »), et imaginer des « crimes parfaits » qu'elle dénouerait grâce à ses dons d’observation et de déduction. Le premier titre était d'ailleurs « LE CRIME NE PAIE PAS ».

J’écrivis quelques scénarios originaux, mais Sophie acheta aussi les droits de nouvelles publiées ou inédites, afin de servir de base à des enquêtes d’Éloïse Rome, que j’adaptai ensuite à l’univers de notre personnage.

« LES ENQUÊTES D’ÉLOÏSE ROME » dura quatre saisons de six épisodes, et le public s’attacha réellement à cette fliquette sentencieuse et légèrement casse-pied, touchante et susceptible, incarnée par Christine Citti. Son tandem avec le jeune lieutenant Nell (Jean-Baptiste Martin) fut une réussite, et son goût pour les chouquettes marqua les mémoires. Également parmi les récurrents : Marc Berman, Sophie Mounicot en légiste mal embouchée, François Caron en époux stoïque et Smaïl Mekki.

Nous eûmes beaucoup de « guests » intéressantes, comme Niels Arestrup, Bruno Todeschini, Mathilde Seigner (pour qui j’écrivis spécialement un scénario orignial, à sa demande), Valérie Kaprisky, Maria de Medeiros, Jean-Marie Winling, Alice Taglioni, Anouk Grimberg, Michel Aumont et Bernadette Lafont dans le rôle de la maman d’Éloïse.

Curieusement, après l’arrêt de la série, le personnage d’Éloïse me manqua, comme une amie qui se serait éloignée.

« LES ENQUÊTES D’ÉLOÏSE ROME » est constamment rediffusée sur une chaîne du câble ou l’autre…



Papier paru dans le dossier de presse de France 2, pour la seconde saison. 

Repost 0
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 17:43

« L’EX » est un étrange projet surtout pour un téléfilm, une sorte de mise en abyme pour Patrick Jamain et moi-même, qui raconte les affres d’un auteur jadis ambitieux, qui a vendu son âme à la télé, en trouvant succès et aisance matérielle, grâce à un personnage pour enfants – Hippopoum ! – sorte de Casimir relooké, mais a sombré dans la dépression. Jusqu'à ce qu'il rencontre une fille avec qui il avait eu jadis une brève et lamentable aventure, et qui vient le remettre en question.

« L’EX » était une production Hamster, pour TF1, une comédie aigre-douce, interprétée par Bernard Giraudeau, Elisabeth Vitali (qui fut le point de départ de tout le projet, à l’origine), Christine Boisson, etc.

Pour d’obscures raisons, le film fut d’abord diffusé sur Canal + sous son vrai titre, en ensuite sur TF1 sous le titre « UNE EX PAS POSSIBLE ».

Repost 0
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 11:19

Il fut question un moment de poursuivre la trilogie des « FABIO MONTALE » sur TF1, mais Jean-Claude Izzo n’avait écrit que trois romans, et il semblait que se lancer dans une suite basée sur des scénarios originaux, posait toutes sortes de problèmes. L’idée fut donc abandonnée, mais tout le monde resta sur sa faim.

Alain Delon avait décidé de continuer son parcours télévisé sur France 2, et je fus contacté – à sa demande – par les productions PM. Le producteur Alain Pancrazi me laissa carte blanche, pour créer un nouveau héros de série pour Delon, et notre entente fut parfaite. Nous en sommes d'ailleurs à notre 16ème film ensemble…

C'est ainsi que naquit « FRANK RIVA », une première trilogie policière réalisée par Patrick Jamain, et pour laquelle je m’adjoignis le scénariste marseillais Thierry Aguila, féru d’histoires mafieuses.

Le personnage de Riva était fortement inspiré de la véritable personnalité de Delon – ou du moins, de ce que j’en percevais – simplement transposé dans un univers de fiction. Il adora sincèrement ce personnage de héros mythique mais fragile, décalé par rapport à son temps, hanté par ses fantômes, sorte de mélange du « SAMOURAÏ » et du « PROFESSEUR ». Riva et Delon se confondaient d'ailleurs tellement, que les scènes avec Mireille Darc, jouant l’ex-femme de sa vie, devenaient franchement troublantes.

Jacques Perrin, qui jouait également dans « PAROLE DE FLIC », un de mes premiers scénarios tournés, apparaît en DGPN aux motivations douteuses. Il a un face à face à la fin du 3ème épisode avec Delon, dans une église, qui vaut à mon sens, à lui seul qu’on voie la série. Une joie pour un auteur.

Un an plus tard, fut tournée une seconde saison de trois films, qui fonctionna moins bien à la diffusion, et mit fin à l’aventure « FRANK RIVA ».


 
L'actrice allemande Sophie Von Kessel et Alain Delon, à l'enterrement du frère de Frank Riva.

Mélanie Maudran joue la fille de Frank Riva, dont il ignorait l'existence jusqu'ici...

Riva a démasqué l'assassin de son frère : Matthieu Rozé, un de ses propres hommes.

Repost 0
10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 08:13

Je n’étais pas au départ de cette aventure, mais lorsque la production de Serge Moati a soumis le projet à Alain Delon et la réalisation à José Pinheiro, ils proposèrent mon nom pour adapter « LE LION » de Joseph Kessel, car le scénario peinait apparemment à prendre forme. Je venais d’enchaîner la trilogie des « FABIO MONTALE » et la première saison des « FRANK RIVA », aussi le travail sur le « mythe Delon » se poursuivait en toute logique…

À la relecture, le classique était effectivement difficile à scénariser : peu d’évènements, beaucoup d’atmosphère, de sentiments diffus, de personnages esquissés. De plus, nous nous demandions quel rôle attribuer à Delon : le narrateur (anonyme dans le roman) ou le chasseur. Ce dernier était effacé chez Kessel, mais c'était évidemment le plus beau rôle, aussi l’essentiel de l’adaptation, consista à le replacer au cœur du récit, et à lui donner une dimension plus tragique.

Cette copro franco-italo-allemande fut tournée en Afrique du Sud. Autour d’Alain Delon, sa fille Anouchka, Ornella Muti et le comédien allemand Heino Ferch, qui campa le « narrateur », que je rebaptisai Julien Keller, pour respecter les initiales du romancier.

 

Repost 0
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 14:51

« COMMISSAIRE DUMAS D’ORGHEUIL » était censé être le pilote d’une nouvelle série TF1, avec Claude Rich en vedette. Le rôle était celui d’un flic d’origines nobles, au langage châtié, entouré de deux co-équipiers venus d’un milieu tout à fait opposé. Le tournage se passa très bien, le film fonctionna auprès du public, mais c'est « l’après » qui empêcha ce film de se développer en série. Personne ne s’entendit plus avec personne, et on préféra en rester là.

Grâce à ce film, j'ai découvert une jeune comédienne appelée Véronique Prune, avec qui je retravaillai souvent par la suite, je donnai un rôle central à Hervé Laudière, ainsi qu’à Charley Boorman en terroriste de l’IRA.

Je retrouvai quelques familiers comme Lola Gans, Michel Peyrelon, Mike Marshall, et découvris Firmine Richard et Jacqueline Joubert qui revenait à la comédie, dans le rôle de la belle-mère de Rich.
 

Repost 0
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 12:16

« POUR UNE VIE OU DEUX » était un scénario de comédie déjà existant, que les productions Hamster m’ont demandé d’adapter complètement. Le but originel était d’en faire une sorte de « AFTER HOURS » à la française. Mais peu à peu, au-delà l’engrenage tragi-comique qui entraîne un sympathique « bobo » (on disait encore « yuppie » à l’époque) dans son propre passé, le film s’est mis à parler de choses plus intéressantes. Copro entre TF1 et Canal +, le film fut assez long à finaliser…

Ce fut ma première collaboration avec le réalisateur Marc Angelo, avec qui je devais faire « JOSEPH », quelques années plus tard, qui réunit un casting idéal. Les séquences entre Lambert Wilson et son « père » Raoul Billerey, étaient particulièrement touchantes.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Philippe Setbon
  • Le blog de Philippe Setbon
  • : Le blog du scénariste-réalisateur Philippe Setbon, auteur de films, téléfilms et séries telles que "FABIO MONTALE", "LES ENQUÊTES D'ELOÏSE ROME", "GRECO", etc.
  • Contact

Recherche

Liens